Le carnaval de RIO est devenu un mythe au Brésil et dans l'imaginaire de biens des êtres humains du monde entier vraisemblablement.

Il frappe par son gigantisme, par sa durée, par le nombre de personnes impliquées, par le nombre de personnes qui défilent, par le sambodrome, par sa réputaion, par les costumes , par la qualité du travail des costumes , des chars, par les danses , par la beauté des brésiliennes qui défilent et dansent et aussi par son coté mercantile, ses travers qui suscitent des rumeurs: Beija flor, qui a gagné encore cette année, est selon la rumeur accusée d'avoir acheté son titre.

Alors mon avis très humble:

c'est vrai que c'est impressionnant:

- rester plus ou moins debout pendant 9 heures de 9 heures du soir à 6 heures du matin pour voir les écoles défiler chacune pendant 1h20 environ et attendre 25 mn entre les passages de deux écoles montre la démesure.

- des chars d'une grande finesse de finition, hérissés de  quantités de plates formes pour une personne qui danse avec une énergie communicatrice,  nécessitant des impératifs techniques précis très vraisemblablement.

- plusieurs chars (4 ou 5, je ne me souviens plus) par école, tous plus impressionnants les uns que les autres comme ce magnifique et gigantesque  paon donnant l'impression d'être magnifié par des pierres précieuses.

- des grues vertigineuses sont placées aux extrémités du sambodrome pour faire descendre les personnes juchées sur des plates formes aussi diverses que variées à tous les niveaux du char.

- un nombre incroyable de spectateurs dans les gradins sur 800m de long, et en moindre importance dans des loges .

- les gradins les plus populaires sont sur la partie terminale du sambodrome  mais décalés vers l'arrière par rapport à  la piste donc ils ne voient pas le défilé sur toute la longueur.

-des costumes d'une très grande diversité sur un même thème tant pour les danseurs, les accompagnateurs , les bahianaises qui dansent à la manière des dervisch tourneur,  la miss batterie, la batterie (200 personnes au moins), les enfants, les handicapés (pour l'école Portela cette année), la belle porte drapeau de l'école et son danseur etc...

- les règles compliquées, le jury important en nombre, le rôle du public lors de la compétition donc de la publicité et de la capacité à faire chanter le maximum de monde pour faire participer le public (des livrets contenant les paroles sont distribuées)

- des spectateurs, de tous les âges, hommes ou femmes dansent toute la nuit dans les gradins ; j'ai vu une dame danser sur place pendant 6 heures, son mari tranquillement assis à lire, dédaignant presque ce qui se passait sur la piste!

- le coût de la place qui prend des proportions exorbitantes (plus de 100€)

- le sambodrome qui a été construit pour le carnaval et qui n'est utilisé qu' une semaine, ses loges sont utilisées comme  salles de classes pendant l'année. Ses 2 extrémités  regardent des favelas.

- la sono totalement nulle qui compense avec un niveau de décibels à vous rendre zombie.

- Pendant le carnaval des champions puisque c'est le dernier défilé , des participants offrent une partie de leur costume aux spectateurs. J'ai vu dans la rue où je logeais, trainer sous un lampadaire un costume pendant les 10 jours de mon séjour. Les Brésiliens qui logeaient dans le même hotel que moi partaient le dimanche après midi heureux et ravis, avec des sacs remplis de costumes encombrants.

Le résultat est  stupéfiant , mais stupéfiant doit être le travail en amont et il semble qu'il y ait possibilité à présent d'en avoir un aperçu en allant à "la ville de la samba" moyennant finance. Après le Carnaval c'est normalement fermé pour deux mois pour congés. Ils l'ont bien mérité. Mais à mon prochain voyage la bas c'est la première chose que je visiterai tant je suis avide de connaitre le travail qui amène à ces magnifiques costumes, ces superbes chars et à ce défilé gigantesque