Une copine fait du pain d'épice pour le soir du téléthon. Elle est un fin cordon bleu. Quand même!... j'ai deux mains , dix doigts , des yeux et une cuisinière. Y a t-il une raison pour qu'avec une bonne recette je sois incapable de fabriquer un tel délice?

Marmiton appelé au secours me donne une recette qui me semble réalisable, de plus, les commentaires sont élogieux, l'un d'eux signale que l'ajout d'un jus d'orange le rend encore meilleur.

Tous mes ingrédients prêts , pesés, mesurés comme sur les vidéos de l'ateliers des chefs, mon tablier à coeurs rouges autour de la taille et tout fait à la main s'il vous plait , je n'ai pas eu le courage de salir donc de laver ensuite le robot!

pain_d__picesTout se présente bien la cuisson semble suivre parfaitement son cours.

Il est dit d'attendre que le pain d'épice refroidisse pour demouler..... oui oui mais celui qui annonce péremptoirement ce conseil n'était pas avec moi pour sortir ma délicieuse production dont l'odeur des épices embaumait et attisait les appétits. Finalement réussite sans le casser mais 7 minutes , montre en main pour  le décoller sans l'abimer malgré un moule recouvert de téfal et de la farine pour éviter qu'il n'attache!

Un régal, aussitôt avalé.  C'est donc reparti pour une répétition parfaite puisque même recette , mettre produit , même moule à cake , même four, même température... même "cuisinière".

L'odeur de brulé attise mes narines pendant que je tape un rapport d'assemblée générale... J'ai mis la préparation au four il y a 10 minutes.

Mes yeux n'en croient pas leur efficacité, le moule a remarqué que je le faisais trop travailler en si peu de temps , il a donc décidé de  déverser au goutte à goutte la bonne moitié de son contenu. Le pain montre un bien gros ventre. Rien d'autre à faire que de laisser le temps s'écouler et continuer à cuire ce qui voudra bien faire l'effort de rester dans le récipient récalcitrant.

Quand l'heure de cuisson est écoulée,  le pain a perdu son ventre. On dirait un pain d'épice qui a souffert de la faim... ce  n'est pas le robot qu'il m'a fallu nettoyer mais le four!

On s'en fiche , on l'a mangé avec une compote de pommes (vraisemblablement la dernière que je pourrai faire avec  les pommes trouvées par L'Homme sur et sous le pommier (il fait - 3°): Un régal.

Je n'ose m'y remettre car je me demande bien ce qui va m'arriver cette fois.