Samedi nous accompagnions l'épouse d'un ami de L'Homme vers sa dernière demeure comme on dit. Agnostique elle avait souhaité aller au cimetière sans passer par un office religieux malgré leur formation initiale.

Son mari avait organisé une très belle cérémonie de l'Amitié et de l'Adieu. Le temps était plutôt grisâtre à l'unisson de nos coeurs. Les morceaux de musique classique superbement choisis. Nous partagions l'émotion de son conjoint lorsqu'il retraçait en termes délicats sa vie , leur rencontre , leur vie à deux , leurs enfants, sa maladie, ses souffrances sans le laisser apparaître. 

Après la "descente au tombeau", il nous a bien fallu la quitter, l'abandonner. J'ai retrouvé des amis qui avaient eu des mésaventures dans le Sud. Mon esprit pouvait s'aérer un peu . Puis,

Sont sortis du cimetirère les enfants, leurs conjoints , le mari qui tenait la main d'une petite fille en manteau rouge. Elle sautillait, instantanément j'ai ressenti la joie de cette légéreté comme lorsque moi-même petite fille je ne marchais pas , je passais mon temps à avancer en sautant avec un glisser avant de poser le pied suivant. Toute la légèreté du monde m'habitait et tout pouvait m'arriver. 

Cette petite fille m'a donné la sensation qu'elle était si fière en tenant la main de son grand père qui avec  émotions avait dirigé toute cette belle célébration, devant tout ce monde. On avait dit plein de belles choses de sa grand mère. Elle semblait si heureuse en tenant la main de son grand père. Je ne crois pas qu'elle souriait, non son visage exprimait la  gravité.

Les enfants sont d'une aide extraordinaire.

Un soir après l'enterrement d'un monsieur d'un certain âge que nous aimions bien, Number one me dit " Maman, tu crois que E. est un squelette maintenant?"  Oups j'ai grandi ce soir là!