Eh bien ce jour est la première fois où madame Mère n'a  montré ni joie ni plaisir  lors de mon arrivée. Mon prénom semblait la laisser totalement indifférente. Pourtant elle semble en forme mais je n'aime pas sa petite voix un peu éraillée de petite fille.

La lenteur à l'idéation lui a demandé de longues minutes pour aller se promener dans le jardin de son nouveau domicile. Jamais elle ne prend l'ascenseur, je ne pense pas qu'elle soit claustrophobe, elle n'a jamais rien manifesté de la sorte, son souhait de faire des efforts physiques doit continuer instinctivement. Tous les matins, au lever, elle sortait et faisait des exercices de respirations. Deux à cinq kilomètres par jour lui convenaient également. Alors monter ou descendre un étage ne lui fait pas peur. 

Elle a bien senti la chaleur du soleil car même à 17h le copain d'en haut plombait .

Ses chevilles ont pris l'eau, l'oedème a pris le dessus. elle avait de si belles jambes malgré son âge il y a encore deux années.

Ensuite elle m'a resituée spontanément mais en même temps elle me parlait de moi. Heureusement ce n'était jamais négatif, cela aurait ajouté à ce deuil maternel qui sans cesse doit se refaire en s'améliorant. Idem au sphynx qui renait de ses cendres. 

C'est vraiment une épreuve pour les familles que ce comportement: petit à petit on n'existe plus dans sa pensée, on n'est plus la petite lumière de joie, de plaisir voire de bonheur. C'est peut être égoïste mais c'est tellement naturel d'exister joyeusement dans le regard de sa mère.

Heureusement je ne vais plus la voir tous les jours, cela ne servait à rien ni pour elle ni pour moi. J'étais un peu anéantie sans pouvoir me ressourcer entre les visites et elle ne se souvenait pas de ma visite donc elle ne pouvait utiliser le souvenir pour enrichir sa pensée et ses sentiments. 

Le médecin qui s'en occupe a su me déculpabiliser et c'est un gros poids en moins. Il reste l'affectif et l'émotionnel que la raison n'a  pas encore complètement débordés. Quand je ne vais pas la voir la raison fait bien son job. Cependant après une visite, je mets deux ou trois jours à m'en remettre tant mes pensées vagabondent jusqu'à se retrouver encercler dans leur corral qui se réduit progressivement. 

Fichue maladie! Des études sont faites à partir d'observations sur l' Ile de Guam et des toxines dont certaines produites par les algues toxiques pourraient avoir un effet dans l'apparition de cette maladie (page 81)