Nièce en Goguette était à nouveau en recherche d'emploi après un intermède où elle a donné toute satisfaction puisqu'elle a remplacé les femmes enceintes y compris sa chef . A  cause de la crise (?) lui a t on dit, il n'était pas possible de l'embaucher.

Elle est repassée par la case postulante, CV, lettres de motivations , entretiens. En deux ans et demi de recherche, au total, elle m'a avoué avoir eu plus de 45 entretiens, tous arrivant à l'ultime étape: il ne reste que deux postulants pour ne pas être prise.

Les DRH lui auront tout fait ou plutot tout dit. Le dernier en date était "vous souriez trop, nous allons travaillé cela pour votre prochain entretien"; Sur la route du retour elle prend conscience du coté dérisoire de la situation,  quelque chose qui ne tourne plus rond et  déecide à ce moment d'arrêter de postuler.

Elle s'est engagé dans une assoc' de bénévole où elle se sent valorisée et du coup vient de prendre la décision de partir à l'étranger. Ne connaissant pas l'Australie, elle va reprendre des études là bas.

Les DRH n'y sont pour rien et en même temps par une forme d'incompétence (il faut l'écouter raconter leurs réflexions), ils lui ont fait prendre conscience qu'elle devait se prendre en main pour elle-même  d'abord et pas pour un job seulement.

Elle est d'accord pour nous y accueillir quand nous iront la voir. Youpi! Quel bonheur de la revoir heureuse, curieuse, souriante, accueillante, allant vers els autres.