Faire un bébé , est à priori on ne peut plus facile tant la nature, quand elle s'y met, fait bien les choses. Certes parfois elle a des ratées qui font beaucoup de peines.

Quand bébé est là, on voit apparaitre le vrai caractère de chacun des parents. De celle qui se l'approprie à celle ou celui qui se demande comment et quand il va avoir la paix. "L'intrus" devenant une telle violation de leur quotidien.

Bien sûr, l'arrivée d'un nourrisson dans une maison est une révolution. On en a besoin pour secouer notre train train même dynamique, pour créer la vie à deux, pour se donner de nouveaux chemins de rencontres et de découvertes bref pour Vivre. 

_jeune_femme_allaitant_son_enfant___1908_244x300Les livres , les pédiatres , les copines (on est dans la religion des copains, des médias) permettent aux futurs parents et surtout mamans de tout connaitre sur tout. Il suffit de leur poser une question sur un point concernant le bébé et hop le discours se met en marche et il n'y a pas d'autre vérité. 

Je m'amuse en respectant la liberté de voir ces comportements mais je m'octroie le droit de penser par moi-même d'autant que j'ai deux versions de l'événement: professionnel et maternel puisque directement concernée par trois enfants en quatre ans avec un métier qui prend de 70 à 120 h par semaine (les 35 h de Martine Aubry n'ont rien changé pour certaines spécialités dans les hôpitaux)

L'allaitement est le gros sujet de ces jeunes dames. Tous les arguments sont bons pour le justifier et pour trouver que la société ne paye pas assez pour leur permettre de rester auprès de leur enfant.

D'abord on fait ce qu'on peut car prôner à outrance l'allaitement revient à traiter celles qui, pour de multiples raisons, ne peuvent ou décident de ne pas allaiter, de mauvaises mères par comparaison avec celles qui ont le poitrail à l'air sous couvert d'allaitement.

Allaiter est un plus à mon avis mais je n'en fais pas la panacée: c'est tellement plus aisé que de s'enquiquiner à trouver le biberon, le bon lait, à le chauffer alors que le sein est à disposition. Je témoigne.

Allaiter est un plus pour aider le petit à acquérir ses défenses immunitaires et à le protéger au début par les anticorps contenus dans le lait maternel sans compter que la composition du lait change dans le temps, dans la journée , pendant une tétée en fonction d'un grand nombre de critères

Allaiter est un plus par la douceur de l'échange et cette relation physique et émotionnelle partagé avec ce tout petit. Etre préparée aux montées de lait juste après l'accouchement et prévenir le risque de crevasses bien désagréables celles ci!

Les pro de l'allaitement  chiffrent les économies en terme de réduction de consultations médicales pour otites, gastro entérites, en terme de diminution des cancers du sein, en terme de contraception naturelle, en terme d'amélioration du développement cognitif etc... bref si c'était le réalité vraie, nos grands mères n'auraient pas eu de cancer du sein , nos parents , oncles et tantes devraient tous avoir été des génies!

J'ai un faible pour la gente masculine, j'ai un grand respect pour les hommes en général (ce n'est pas toujours réciproque mais c'est un fait sociétal)  alors j'observe les jeunes papas. Je ne suis pas surprise quand j'entends le jeune père: " lorsque je ne sais pas quoi faire si le bébé pleure je le donne à sa mère pour qu'elle lui donne le sein". Façon de se débarrasser du problème tout à fait normale!

Je ne suis pas surprise quand le jeune père dit "je ne sais pas comment elle fait , le bébé pleure, elle sait si c'est la couche souillée qui est en cause ou si le bébé a des coliques ou s'il a faim". C'est une extrapolation car ce n'est pas toujous la réalité et la vérité mais une possibilité.

Il n'empêche l'allaitement à la demande est une orientation vers une forme de déresponsabilisation du père dans l'approche de son enfant même si l'ancestrale séance du rot, le changement de couche, le bain peuvent être des moments privilégiés. Il reste que l'appropriation de la maternalité (mot inventé) est un risque contre les pères qui ont une forme de timidité, une  crainte de mal faire pour leur petit.

Je ne parle pas de la relation avec des étrangers qui devient impossible tant le bébé est perdu au milieu d'autres odeurs , d'autres sons,  de tant d'inconnues.

Ah oui faire le bébé ..tout ce qu'il y a de plus simple. L'éduquer ..... une toute autre question  qui commence dès la naissance et l'allaitement en fait partie.