Un jour en rentrant je trouve un gros sac dans l'entrée. Il s'agit d'un sac rempli de noix géantes qu'un copain a ramassées (la terre est basse  et il ne m'a pas demandé de venir l'aider) tout seul comme un grand et me les a apportées. 

Il sait mon penchant pour ces fruits de l'automne.
Parce que je les adoooore fraiches, je prends le risque d'en perdre un peu en ne les sèchant pas.

Quelle volupté que de manger des noix fraîches,

Voir ces fruits bien cachés et abrités dans une maison de bois dure qui épouse leur forme en prenant soin d'y ajouter une cloison centrale plus délicate afin que nous les atteignions plus aisément, me donne envie de les choisir.

Je commence par celles qui sont les plus grosses et  dont la coque est la plus sinueuse. Le casse noix a du mal à les enchasser.

noixJe m'aide des deux mains pour augmenter la force afin de fendre cette carapace solide. Les  bruits sont différents selon que l'engin glisse sur la coque, selon la force d'écrasement, selon que la noix est vide ou pleine voire bonne à manger ou non.

http://www.cuisine-campagne.com/index.php?post/2011/11/01/Noix-fra%C3%AEches

Et le moment que je préfère est celui où, après avoir extirpé le fruit ,  je  pèle délicatement  sa peau qui se retire aisément et laisse découvrir une chair superbement blanche qui va faire mes délices gustatifs .

Cela va durer peu de temps puisque bientôt les noix vont sècher et la peau ne pourra plus être retirée autrement que par des techniques compliquées et que la belle couleur blanche va évoluer vers un marron clair, le goût va changer et elles feront les délices des salades d'endives pendant l'hiver.

Merci à ce copain si prévenant.