Il y a des invitations au restaurant qui donnent du bonheur.
Hier j'étais invité par un copain dont l'épouse nous a quitté il y a de longs mois. L'Homme comme chaque semaine lui avait rendu visite pour sentir son moral, Il lui a raconté son séjour en Allemagne prévu de longue date mais aussi sa gêne à me laisser gerer les ouvriers qui vont envahir la maison et ses alentours.

Parce que je sais que l'alcool lui a été un refuge et qu'il a su se reprendre en main de ce coté, j'ai préféré conduire et me faire une idée de sa progression vers la renaissance.

message_bouteilleNous avons passé deux heures en toute confiance, en toute sérénité nous amusant de nous aider mutuellement. Je lui racontais que je suis depuis la fac une personne de confidences mais que n'étant pas psychiatre cela me fait un peu peur car j'ai toujours la crainte de dire le mot qui va faire derailler quelque chose . On est si fragile quand on vient se raconter puisqu'on vient chercher une forme d'aide.

Et les choses sont bizarres, nous nous sentions en si grande confiance l'un et l'autre que je lui ai raconté ma faille secrète et il m'a raconté son  nouveau bonheur. Chance superbe! Il est psychiatre hyperintelligent , hypercultivé, hypercompétent, hyperéquilibré dans sa fragilité et il a su me donner les pistes de réflexions dans son jargon mis à ma portée et il a je crois compris ma joie de lui voir ce nouveau bonheur.

Enfin c'est une joie de le voir avec un autre falsar que son vieux froque qui continuait à marquer son deuil. Attention! la nouvelle dame doit savoir qu'il restera bigame  quelque soit le temps et le moment.