Je suis ressortie de ces quelques heures complètement assoiffée, affamée.
En effet, ratant tout en cuisine, étant incapable de suivre une recette, je me suis demandée quel pouvait être le problème puisque mes copines sans avoir pris de cours, sans avoir eu une maman formatrice réussisaient syperbement dans l'univers culinaire.
J'en ai déduis qu'il me fallait comprendre et encore comprendre le pourquoi de chaque utilisation d'ingrédient, de chaque technique. J'avais besoin d'une approche intellectuelle de la cuisine. 

J'ai donc décidé de m'y mettre vraiment et pour être certaine d'approfondir vraiment dans le temps et l'intensité j'ai décidé de passer le CAP de cuisine en candidat libre. 

J'ai pu faire de belles rencontres, j'ai pu être en face de personnes qui ne savaient rien de ma vie personnelle et qui étaient donc complètement natures avec moi. Ce ne fut pas sans difficultés pour moi parfois!

Passer près de 4h30 à produire deux plats , puis vivre dynamiquement 10 minutes d'oral  et faire le nettoyage nickel chrome pendant plus d'une heure sans boire et sans manger (c'est le comble) dans la chaleur d'une cuisine fut un moment dense. Je crois que j'ai compris pourquoi les cuistots mettent des vestes à col!!!

En rentrant, NIèce en goguette avait eu la gentillesse de m'accueilir avec de délicieuses crêpes qu'elle réussit toujours à merveille sans livre de recette et un coulis de fraises. Elle y a ajouté un cadeau que j'attends avec impatience: un soin manucure qui va durer une heure.

A présent, sans bouquin, je réussis même la crême anglaise que j'adore ... et je fais des liens entre certaines recettes!