Quand je lis sur mon smartphone tout nouveau  la mort du journaliste, instantanément tout est réactivé, et le physique se remobilise par un ensemble d'émotions et l'esprit repart de plus belle.

Number two qui arrive ce soir n'est visiblement pas au courant et je lui annonce avec delicatesse du moins je l'espère. Son rire n'est pas agréable car il traduit les mêmes ressentis que moi.

"Quand on annonçait un décès , bon... la personne était morte, à present ça prend une autre connotation" me dit il.

L'autre jour alors qu'il me parlait de ses exam à repasser mi juin, il ajoute qu'un prof lui a demandé ce qui lui  arrivait car cela ne semble pas lui correspondre. Avec un sourire en coin , un regard complice et un haussement d'épaule asymétrique il me traduit en non verbal leur échange. Il continue par la réflexion de son prof "oui effectivement ça marque profondement!"