Il faut bien se rendre à l'évidence Madame Mère ne retournera jamais dans sa maison. Depuis quelques années elle ne l'interessait plus. Elle m'avait même dit "tu en fais ce que tu veux" c'est dire le détachement auquel elle était arrivée alors qu'elle avait financé à elle seule cette jolie petite maison que mon frère avait réaménagé pour son plaisir.

Agent immobilier et notaire sont les maitres indispensables de l'évaluation d'un bien. Ils se sont révélés très disponibles en fonction de mon emploi du temps d'autant que la maison n'est pas à proximité de mon lieu d'habitation.

Quand ils furent partie je suis montée dans la chambre de ma mère et j'ai observé. Elle n'a jamais voulu coucher dans la chambre du rez de chaussée. Je pense qu'elle avait peur car derrière sa porte chez nous j'avais repéré un baton.

J'ai remarqué qu'elle n'avait pas de radiateur alors que la chambre d'à coté en était pourvu. Peut être pensait elle qu'il lui était inutile car d'une part elle ne chauffait pas sa chambre et d'autre part le corps volumineux de la cheminée la traversait mais aussi  le radiateur d'à coté étant contre la paroi commune, elle recupérait suffisamment de chaleur. Mais ce ne sont peut être que des idées qui ne correspondent pas du tout à sa réalité.

Devant sa penderie ses chaussures et chaussons abandonnés là pour toujours.  A l'intérieur, des sacs à mains , j'y reconnais celui que je lui avais offert, ils sont vides à l'exception d'un mouchoir comme dans toutes les poches des gilets, manteaux, vestes. Elle a toujours porté des gilets à poches pour y mettre ses mouchoirs. Sans problèmes, sur mes suggestions, elle avait abandonné les mouchoirs en tissus (avec lesquels elle  m'avait appris à repasser!) pour ceux en papiers plus hygiéniques à condition de ne pas les remettre dans la poche!!

Son lit est là, avec son édredon, son couvre lit bien tendu , je suppose que les angles du matelas sont parfaitement épousés par les draps blancs . Elle avait très peu de draps de couleur... 

Ici et là un objet qui doit avoir une importance affective pour elle car ils ne me parlent pas. Sur la chaise, posée sa "combinaison" en coton blanc (en fait un fond de robe ) . Elle ne portait jamais de pantalon. Heureusement grâce au ski de fond je l'ai vu en tenue dite masculine.

A la tête de son lit des livres, des papiers où elle a écrit des phrases qui ont dû resonner particulièrement à ses cellules. La bible de Jérusalem, son chapelet.

Les armoires sont très bien rangées, les draps , les serviettes de toilettes , les gants de toilettes , les linges de vaisselle sont placés au cordeau. Tiens donc je croyais que cette manie me venait de mes années de pension quand la bonne soeur verifiait les armoires et nous obligeait à faire des piles dignes de ce nom. Je me suis surtout rendu compte qu'avec un bon et du coup beau rangement on gagnait énormément de place.

L'horloge s'est arrêtée depuis longtemps elle affiche une heure qui ne me dit pas si c'est le jour ou la nuit. Le coucou reste silencieux peut être a t il lui aussi decidé qu'il avait assez travaillé?

Dans les armoires de cuisine les verres et assiettes de notre enfance, dans la salle à manger salon je reconnais les verres à pieds des grandes occasions...je suis certaine qu'ils ont servi quand j'ai présenté L'Homme que j'aimais.