Les premières fois que j'ai entendu des chansons un peu brindezingues d'un type qui s'appelait "mica", je n'ai pas du tout pensé au diminutif de Mickael alors que j'ai un filleul qui porte ce prénom et à qui on donne ce surnom, j'ai pensé au poele de notre maison dans le Haut Doubs dont la porte avait une fenêtre obturée par une plaque de "mica" quand j'étais petite fille.

Comme quoi l'individu a d'étranges associations d'idées malgré d'autres évidences.

Le temps passe et le fameux Mika fait la une des presses poeple (lues chez le dentiste ou le coiffeur où j'aime bien attendre car je lis pour lire ces revues de la première ligne à la dernière et il ne m'en reste pas grand chose puisque totalement inutile). Cette une est un peu effrayante puisqu'elle  raconte que sa soeur qui a été victime d'un accident grave et rend le  mica en question  très inquiet.

Arrive The Voice où je suis la première à être bon public. Depuis mon tsunami, alors que je n'entendais que les mélodies , que j'étais TOTALEMENT hermétique aux paroles des chansons, me voici attentive à présent aux paroles. AUparavant qu'on chante en français , en anglais , allemand ou en grec je n'en avais cure j'étais complètement prise par la musicalité du morceau. Le problème est que je pleure doublement!!!

Je découvre des voix comme si mon oreille s'était aussi  mise à avoir une sensibilité différente et acérée.

Mais je découvre aussi des "coaches" qui sont des humains et l'un d'eux est une personnalité que j'aurais envie de rencontrer:
ce fameux mica qui est en fait Mika.

Il a tout d'une belle personnalité: tout de  son corps , de ses tenues élégantes bien qu'hors normes, de ses expressions, de ses commentaires, de ses réactions à l'audition, de ses comportements avec les candidats, de sa manière élégante de gagner l'adhésion des candidats traduit l'être humain et la compétence derrière les apparences. 

Et puis.... je l'ai entendu chanté Barbara l'an dernier c'était de toute beauté, quelle fugacité que ces moments sublimes!

Je me régale de le revoir cette année et lors d'une interview recente il racontait  l'exigence de rigueur dans son travail qui pour moi s'apparente à une forme de violence dans sa scolarité qu'à postériori il juge positive  quant à son utilité professionnelle.

Je ne défendrai jamais d'en arriver à faire pleurer au quotidien un enfant car il y a moultes autres façon de le pousser , de le stimuler pour qu'il apprenne....bien voire très bien.

Je me regale une fois par semaine devant la télé grâce à Mika. Merci à lui d'être qui il est.