Il y a quelques jours j'avais passé une petite heure avec maman, elle était du genre taiseuse, avait senti l'humour dans une phrase et en avait souri sans plus mais de son beau sourire qui remet de la vie dans son visage. Ses paupières un peu infiltrées m'inqiètent.

Ce jour c'est sa fête et je lui apporte une orchidée. Elle déambule dans la grande pièce d'entrée qui est aussi le lieu d'accueil , de vie, de restauration , de discussion de quelques résidents. Avec sa DMLA elle ne peut savoir par la vue que j'arrive, aussi je m'annonce toujours verbalement.

Je lui rappelle que c'était sa fête et que je lui apporte une fleur qui s'appelle orchidée. Alors qu'elle est d'un naturel réservé , elle manifeste élégamment sa joie mais son visage rayonne.
J'étais toute surprise de ce bonheur pour une fleur qu'elle ne voyait presque pas , alors je lui ai proposé de la toucher. Elle me décrivait les différentes sensations tactiles et était surprise que les fleurs soient si éloignées de leur base.

Pour la première fois elle m'a pris le bras , nous sommes allées déposer la plante sur la table de nuit avec le conseil de lui donner un bain de siège chaque dimanche. Heureuse elle m'a raccompagnée à la porte d'entrée, et n'a pas cherché à sortir . Je l'ai entendue discuter avec la dame du personnel qui, entrain de récurer , surveillait son comportement.

Quelle foutue maladie que celle decrite par Alzheimer... je suis certaine empiriquement que c'est une maladie virale... Ah si je pouvais avoir raison car on pourrait plus aisément trouver un traitement que s'il s'agit de dégénerescence par hyperutilisation (donc par vieillerie!)

Ce jour Madame Mère était presque normale, j'ai eu du mal à continuer à parler quand je la quittais.