Depuis que je suis capable d'observer les autres, je suis fascinée par les enfants avec leur capacité à découvrir, à sauter comme des cabris, à ouvrir leurs grands yeux  et  leur bouche quand ils sont surpris ou étonnés. C'est un bonheur de les regarder s'épanouir et s'ouvrir à leur environnement général. Dès la sortie du ventre de leur mère, déjà leurs petites mains avec leurs magnifiques petits doigts tout bien terminés sont  à se mouvoir et cherchent à prendre . C'est un reflexe archaique d'ailleurs, qu'avec L'Homme nous nous étions amusés à expérimenter sur Number One en lui mettant une corde dans les mains et il y restait pendu , bien sûr avec nos mains c'était la même chose mais ne produisait pas le même effet car on pouvait imaginer qu'on l'aidait!

Depuis quelques années, je fais de l'accompagnement scolaire dans une famille plutôt nécessitante financièrement même si le papa et la maman pourraient eux-mêmes assurer le suivi des devoirs. Le fait qu'une personne étrangère à leur religion et à leur culture entre dans leur univers est une ouverture sur l'autre. COmme ils sont très sensibles à tous ce qui est profitable à leurs petits ils ont demandé l'aide d'une association qui m'y a envoyée.
Une fois par semaine j'assume ce rôle de précepteur car je prends chaque enfant individuellement et je reste deux heures et demi.... Même la petite dernière qui a deux ans tient aussi  à venir travailler avec moi. L'ardoise magique lui permet de faire de beaux escargots pour arriver au O qu'on fait avec sa bouche en s'amusant. Lors de mon dernier passage je vérifiais si elle pouvait à cet âge maitriser le trait pour l'amener progressivement au i. et comme son trait vertical était bien, je  montre comment lui faire un chapeau  en disant "et toc"!

Hier "c'est à moi! c'est à moi!" répétait elle, je lui demande si elle veut faire un trait , ce qu'elle dessine avec dynamisme puis semble attendre quelque chose de moi, me regarde, s'apprète à  faire quelque chose, je ne  réalise qu'un peu tardivement son désir , "oui oui, tu peux faire le chapeau si tu veux" et là c'était le bonheur , du coup elle est partie en parler à ses parents.

Pendant les vacances scolaires je laisse, bien sûr, les petits à leurs loisirs , hier quand j'ai sonné, je n'ai pas eu à me présenter "entre Marie on t'attend", l'ascenseur a mis des plombes pour arriver , quand j'en suis sortie, les 4 enfants sautaient dans tous les sens pour me dire "bonjour".  Ce fut la même fête à mon départ car ils avaient prévu  des déguisements, que je devais découvrir en avant première, pour Carnaval.

Je m'amuse beaucoup quand ils s'excusent d'avoir fait une erreur, quand ils me disent 'On ne compte pas cette faute"... De toutes façons ils sont toujours des champions et sur le cahier non officiel où j'écris ce qu'on a travaillé, je mets une appréciation sur le moment vécu ensemble, il y a beaucoup de bravos voire des bravissimos .

"Qu'est ce que ça veut dire, Marie?"

"Que c'est encore mieux que Bravo!" Alors là c'est le beau sourire surpris et heureux.

Je remarque qu'ils font chaque année de bons et beaux progrès , si j'y suis pour quelque chose j'en suis ravie.

En tous les cas, depuis le départ de L'Homme, ils sont d'une aide précieuse et si délicate, tant la maman que les petits,  par plein de petites attentions (dessins, thé délicieux, gateaux, crêpes au nutella (j'en raffole, je viens de le découvrir ou peut être cette manière d'être maternée...), cadeaux, repas du soir..)

Décidément les enfants sont un grand bonheur.