Quand je fais la connaissance de quelqu'un et que j'apprends son job , il me vient très souvent à un moment de la discussion, l'envie de poser la question que tout le monde peut avoir en tête: Quelle anecdote vous a beaucoup amusé dans l'exercice de votre profession?

Même quand on fait des jobs comme le mien où on n'a pas le droit à l'erreur ou/et lorsque la tension est extrême et qu'il y a un instant même bref où elle peut se  relacher , on entend quelqu'un qui "sort" une beude (c'est du franc comtois). Dans le contexte ou ça passe ou ça tombe à plat. Ensuite il y a une phase de décompression indispensable entre nous tous, surtout quand tout s'est bien passé. Sinon la sidération dure , dure parfois.... et peut durer des mois jusqu'à ce que l'un de nous par une parole, un geste lève la chape de plomb.

Alors souvent dans l'autre sens quand on apprend mon métier car je ne le porte pas sur mon visage ni dans mes paroles, la fameuse question arrive .
A dire vrai, il n'y a qu'une situation très amusante au dépend des patients: tout ce qui touche aux activités sexuelles de nos concitoyens. Je me souviens d'un chir' qui avait collectionné tout les objets "trouvés" lors de ses interventions en urgence, édifiant!

La situation la plus marrante pour nous, bien que très stressante, mais plus du tout pour le patient, était la recherche d'un verre à cognac dans l'ampoule rectale. Le gars était très beau aux yeux bleus (je le sais c'est moi qui l'ai endormi et les pupilles font partie de la surveillance). Ennuyé, il n'arrêtait pas de nous dire que sa femme  avait voulu cette pratique....

Le chir l'informe que tout peut très bien se passer sans conséquence mais que comme c'est du verre avec la possibilité d'être cassé ou ébreché il y a risque de devoir passer en open donc à ouvrir le ventre pour aller chercher la chose. Avec, dans ce cas,  obligation de faire une incision à l'ampoule rectale ce qui necessitera, pour la cicatrisation, d'un anus à la paroi abdominale. Le pire du pire!!! car réintervention pour rétablir la continuité ensuite. Voilà le deal à son endormissement.

Nous commençons, je dis nous parce que toute l'équipe a participé pour trouver  des idées afin de récupérer cet objet fragile sans le casser.
Nous avons même suggérer d' utiliser la ventouse du secteur maternité, en faisant monter une sage femme...Il faut imaginer la scène tous penchés tendus vers le succès pour éviter le pire à ce type.

AU réveil: "Est ce que j'ai le trou sur le ventre?"  Bien sûr, c'est à moi qu'il pose la question puisque le chir avait terminé et le gars en phase de reveil!

Lui répondre "oui" en y mettant toute notre détresse de n'avoir pas pu agir autrement malgré notre imagination

Nous avions bien ri pendant toute la phase de recherches  d'idées et de tentatives d'efficacité dans les  mises en application. Un peu moins  devant l'impossibilité de retirer cet objet par le bas lorsqu' il fallut se resoudre à passer par le haut , nous vivions cela comme un echec collectif.

Je ne raconte cela qu'en très petit comité... d'ordinaire!