Il est le petit frère d'une grande fratrie. Il a déjà vécu au moins 6 vies: petit dernier chouchouté par son père, étudiant en médecine , jésuite, époux, père, medecin, chercheur.... il habite Paris.

Un groupe a organisé une fête pour lui  à Versailles dans le superbe appartement d'un de ses nombreux neveux. Décoration florale dans les tons roses qui, avec les feuillages verts, m'a enchantée.

J'avais décidé que le TGV, une belle soeur et son mari accueillants et bienveillants me permettaient pour la première fois depuis ma terrible nuit de rencontrer des membres de Sa famille et de me faire le plaisir d'être présente pour l'anniversaire de cet oncle que j'adôôre.

Il me fait penser à Jean D'Ormesson: un physique alerte, les yeux vifs et clairs, l'intelligence vive et toujours en éveil, la capacité à répondre avec humour et il s'en permet:

-"j'aime particulièrement les hommes que je peux faire cocus!!!!"

Il m'a laissée pantoise car j'imaginais bien qu'il avait un net penchant pour la gente féminine mais à ce point!!! Cela m'a amusée car il y a plusieurs années il m'avait demandé de réfléchir sur le corps et la danse en pensant à la grande chorégraphe et danseuse Pina Bausch pour un éventuelle bouquin qu'il écrirait sur un domaine plus vaste.

Pour ses balades en province dont le mois de juillet systématiquement dans le chalet de sa soeur à la montagne, il loue une voiture et fait les 500km car il doit emporter plein de bouquins qu'il ne pourrait pas transporter par le train. Je lui ai suggéré de louer la voiture localement pour être autonome mais de venir en train en demandant à la SNCF de s'occuper de ses bagages... IL n'a pas encore ...entendu même s'il a bien écouté.

Quand il est arrivé, les représentants de toute la famille étaient là. Il m'a avoué avoir été profondément ému de m'apercevoir à ce moment. Il est adorable je vous le dis.

Ce n'était pas prévu toutefois, avec une autre nenette, nous avons pris nos portables pour immortaler l'événement et le lendemain c'était amusant de voir toutes ces têtes rivées sur l'ordi pour revoir l'oncle.

Il a pu nous raconter, par épisode, des moments de ses souvenirs.  L'entendre parler de "papa", "maman" nous enveloppait d'une délicate    tendresse et d'une belle affection, nous rassemblés en rond autour de lui.

Je suis rentrée dimanche soir à  minuit chez moi avec un sentiment de douce chaleur par toute la délicatesse, la bienveillance, la tendresse reçues ce week end versaillais.

Nous fêtions les 90 ans de cet homme alerte. Première fois que je rentrais dans la Vie ...  des velleités vigoureuses mais maitrisées de "La Vague".