Depuis un moment je n'écrivais, ce jour je reviens tout simplement parce que mon esprit, mon temps étaient épris d'une belle aventure.
Je viens toutefois de lire les commentaires auxquels je vais répondre, bien sûr.

Il y a quelques années ma belle mère qui n'avait pas d'atomes crochus envers ma petite personne (j'avais piqué le préféré de son mari ... je ne sais s'il y a une relation de cause à effet?) me donne un dimanche matin un paquet de lettres en me disant "ça peut vous interesser".

Un paquet de lettres sans enveloppe. Bien sûr, il ne peut y en avoir, ce sont des lettres-cartes qu'il suffit de coller sur le pourtour pour jouer le rôle de lettre et enveloppe pour timbres, adresse et les divers tampons postaux.

Une écriture fine , très serrée, au stylo plume à l'encre noire, sur du papier le plus souvent jaune, orange passé vieilli comme ce devait être au début du XXeme siècle, à la façon des hieroglyphes délivre tout un chapelet de douceur, d'affection, de tendresse, d'amour, de besoin de liens épistolaires, un peu de sa vie et  signe d'un gros J.. très lisible!

Chaque lettre est dense: il faut écrire le plus d'informations-échanges possibles en un minimum de place.

Le parcours de ces lettres nous sont inconnus car je n'ai rien demandé à ma belle-mère le fameux dimanche et au final personne n'avait connaissance de leur existence, pas même ses propres enfants (quelle confiance envers moi!)

La lecture n'est pas aisée mais combien émouvante, le grand-père de L'Homme est si amoureux de son épouse et cela semble être réciproque si on lit en creux au fil des échanges quotidiens mais nous n'avons qu'une seule partie Lui vers Elle.

Et puis je tombe sur ce qui va changer ma façon de voir la politique: J. en temps qu'officier a participé à une cour martiale, c'est le début du 2ème mois de la guerre 1914 qui a débuté à la mi aout. Des jeunes soldats se mutilent pour être  envoyés loin du front afin d'y être soignés mais surtout éloignés de cette horreur ( au fil des lettres on apprenait que des jeunes de la "batterie" ont été tués!). Il s'agissait d'arrêter l'hémorragie. L'histoire dans la famille  racontait que J. avait passé la nuit avec un jeune condamné à mort - nous avons envie de faire un lien entre le jugement auquel il a participé et son rôle humain  d'officier qui va au bout de son rôle. Cette lettre était si forte que je me suis arrêtée là j'en avais lues une bonne quinzaine, il en restait près de quatre vingt dix. En effet le paquet s'arrête à la mi-novembre 1914 et nous ne savons pas pourquoi.

En France, deux ou trois jours après cette lecture, le ministre des armées donc de la guerre!! démissionne. C'est la guerre d'Irak, il est allé visiter les soldats le jeudi ou vendredi précédent. L'Homme qui l'apprécie admet avec respect cette décision. Pour ma part je suis HORRIFIEE et veritablement REVOLTEE - Êvidemment L'Homme ne peut comprendre ma réaction. Les jeunes soldats de 1914 qui se mutilaient pour être évacués du terrain des combats sont passés par les armes et le ministre de la guerre actuel semble dire  "je m'en lave les mains débrouillez vous, je ne fais pas partie de votre aventure" - Il ajoute: "L'histoire me donnera raison". ET ces jeunes??? l'histoire ne leur donnait-elle pas raison depuis des lustres assurant que la guerre est une imbécilité humaine (voir la tour de Babel). La politique nationale est devenue pour moi ce jour, d'une inconsequence crasse.

EN juillet 2016 je discute avec un vieil oncle de l'Homme que ... j'adore et lui raconte l'histoire de ces lettres qui sont en fait de son père pensant qu'il les connaissait. Tout un processus est enclenché car une de mes belles soeurs a toujours été mon oeil et mes mains pour les protéger.

Un neveu prend en charge la gestion sur le net afin de les partager, avec la belle soeur Sauvegarde, à trois  nous transcrivons parfois difficilement! (exemple connaissez vous le mot "sybaritisme"? moi pas , ma maigre culture ne l'avait pas intégré, avec bonheur le neveu en question l'avait dans son logiciel mental avec raison!!)

Voilà nous venons de terminer ce long travail qui s'est révélé une belle expérience par la découverte qu'on peut apprendre à lire une écriture manuscrite, qu'on a chacun ses marottes dans son langage écrit, que vaisemblablement selon les époques l'expression française se modifie: dans ce cas le langage était chatié et les mots "faire" ainsi que les répétitions bannis!

Je me retrouve comme après un examen que j'ai beaucoup bossé c'est à dire ... perdue. J'ai perdu mon repère de plusieurs semaines et fdes moments de rencontres précieux avec ce monsieur qui, à l'époque, avait l'âge d'un de mes fils actuellement.

ALors je reviens à ce blog pour d'autres échanges.