En voyant ces flocons énormes qui tapissent à grande vitesse le sol je pense à mon bonheur quand je voyais la neige et à ceux qui vivent l'expérience différemment

La neige a accompagné mon enfance puisque je vivais dans le Haut DOubs et nous n'étions pas étonnés de voir une mètre de neige sur le bord de la route. Pour moi c'était comme une protection. Quand j'allais chercher le lait pour les 24 prochaines heures avec mes chaussures dont les semelles glissaient superbement , je faisais un entrainement de patinage avec mon bidon que je faisais tourner sur 360° à l'aller comme au retour sans perdre une goutte. C'est peut être ce qui m'a fait aimer la physique!!

Quand j'étais desespérée pour une raison ou une autre si la neige arrivait, je revivais et tous mes soucis disparaissaient.

Je suis totalement différente de ma mère qui, elle, ne supporte pas de voir un flocon. Dès qu'un cristal blanc tombait du ciel elle se mettait à hiberner. Il était impossible de la faire sortir. Elle était comme en léthargie.

Un infirmier qui a travaillé un temps avec moi était oppressé quand il neigeait. Il avait l'impression qu'il ne pourrait plus respirer

C'est étonnant puisque pour moi c'est l'inverse car les flocons semblent purifier l'air.

Bien sûr il y a ceux qui adorent le tapis neigeux car ils se projettent dans leur joie de descendre les pistes blanches. Ce que je faisais avec un bonheur infini mais que j'ai abandonné dès que j'ai eu les Numbers car je n'avais absolument pas le courage de faire la queue aux tire fesses avec des petits enfants dont les âges étaient très rappochés (3 enfants en 4 ans)

Bien sûr quand on habite la campagne la neige donne des exigences: il faut se frayer des chemins!!!

MAIS le paysage est tellement magnifié!