Une jeune femme est décédée à la suite de son accouchement . J'étais en responsabilité. Pendant des mois je ne fus pas bien . Je me demandais toujours ce que j'aurais pu faire pour qu'elle soit encore auprès de sa petite fille. Pour avoir la ou les solutions je suis allée à tous les congrès y compris le congrès mondial de la spécialité. Je n'avais toujours pas de solution. Mes collègues étaient attentifs à moi. C'étaient vraiment sympa de leur part. 

Je me savais "pas coupable". L'anapath a donné un diagnostic qui affirme que le pronostic était quasiment celui qui est advenu mais je me disais "puisqu'elle était vivante quand je suis intervenue, j'aurais dû pouvoir la sauver".

Bien sûr il y a eu la convocation à la police avec un commissaire qui avait très bien travaillé son questionnaire. Je n'ai jamais été inquiétée par qui que ce soit et encore moins par le mari. J'etais ma propre accusatrice en quelque sorte.
Un jour, une inf' que je croise très rapidement dans un couloir me dit " Marieswiss vous n'êtes pas coupable". C'était 6 mois après le drame. C'est fou comme cela m'a fait du bien et je fus "guérie". J'ai accepté la situation même si elle était dramatique pour le mari et la petite fille.

Je découvre alors , que je peux remettre des pantalons. Tous les jours je ne pouvais choisir comme tenue que des jupes!!

Je me demande encore pourquoi!!!!