Un appartement à Marseilles me plait pas mal. Il est situé au dernier étage d'un immeuble de 4 étages, sa terrasse est grande bien abritée du vent et, une partie, du soleil. En comparant les tarifs sur le net avec les appartements de la rue, je me rends compte que la terrasse donne une plus-value de 100 000€. Ce sera pour un autre pigeon.

Je suis invitée samedi soir dans le 8eme de Marseilles . C'est la nuit, je prends l'autouroute. Les 37 km devraient ne pas prendre trop de temps puisque c'est de l'autoroute presque tout le temps. En fait je participe à une transhumance : les marseillais montent à Aix en Provence et les Aixois descendent à Marseilles. L'autoroute est blindé!!

J'arrive dans Marseilles par la partie nord. Eh bien, je comprends pourquoi un ou des immeubles se sont effondrés récemment. Je ne me promènerais pas là même accompagnée. Je repense à Belgrade où je ressentais une grande sécurité et où il était de notoriété que ,même en minijupe, une nana pouvait se balader dans la ville sans problème. Pourquoi une telle différence??? Très vraisemblablment des raisons sociétales. 

Une avenue à trois voies pour moi ... non pour nous! mais le bouchon dure dure . On avance moins qu'au pas et encore moins au pas militaire... Au loin je crois apercevoir des clignotants . In peto, je déduis qu'il y a eu accident donc je prends tranquillement mon mal en patience tout en sachant que je serai en retard au rendez vous. En France il est de bon ton de ne pas arriver en avance plutot un peu en retard... mais il ne faudrait pas que cela dure. Aucun accident et encore moins d'ambulance... tout simplement un rétrécissement de la rue sur 5 mètres seulement . Il ne semble pas y avoir de réels travaux!! (montage pour ralentir les automobilistes  donc pour favoriser la pollution et le paiement de taxes sur l'essence et le carbone?)

Autre étrangeté: des feux rouges dans tous les sens autour des ronds points... il faut bien ouvrir l'oeil!. Un nombre incroyable de ces fameux tricolores cheminent tout le long de ces avenues rectilignes. Feux pas synchronisés, bien sûr, sinon ce serait trop simple.

Le retour a duré moins de la moitié du temps pour l'aller , pourtant à 0h30 la densité humaine était particulièremnt surprenante pour moi dans les rues où j'ai ressenti malgré tout les mêmes sensations qu'à l'aller.

J'ai bien fait de ne pas acheter cet appartement qui m'avait bien séduite.