Non, on a beau être dans une période de tension tant sociale qu'internationale je ne parlerai que du fruit!

Au printemps, des petites fleurs rouges apparaissent et vont laisser croître des belles grenades  bien rondes qui débordent pour les plus grosses de la paume de la main.

"Au resto j'avais choisi une entrée délicieuse qui contenait des graines de grenades. J'ai voulu copier la recette et ai donc choisi une belle grenade sur mon marché parisien. Je me suis battu avec mon compagnon pour l'ouvrir or les grains étaient blancs" me dit une parisienne de passage

Après avoir choisi les plus éclatées et séparé au sécateur les grenades de leur branche, je suis entrain de "dépiauter" ces grains. 
En effet pour que les grenades soient mangeables ou plus exactement utilisable, il faut d'une part les laisser éclater leur peau comme elles le veulent, ce n'est qu'à ce prix que l'on peut les égrainer sinon la peau est une protection de bouclier.

"Vois leur couleur"!  Un beau rouge éclatant magnifie chacun des grains. Ceux ci sont serrés entre eux comme s'ils ne voulaient plus se séparés. Quelle gageure de vider chaque grenade. Il faut comprendre leur disposition un peu comme une orange.  Les grains s'accrochent à une cloison épaisse et sont protéger de celles d'une autre cloison par une peau fine . Quand on peut la libérer , on a trouvé la libération d'un bon groupe. L'idée est de réussir à retirer ou le sommet ou la base puisque l'organisation en "quartiers" se  remarque à cet endroit et libère une partie de cloisons solides.

En plus quand on progresse, on en découvre coincés dans des endroits improbables, on est vite bluffés car en voir un grain ne suffit pas à connaitre la réalité. Parfois ils sont cinq dissimulés dans la gangue jaune-blanchâtre. Et je tiens à tout piquer à la grenade!

Comme je veux un jus  quasi parfait, je veille à ce que mon saladier ne contienne que des grains et aucunement des morceaux de ces cloisons qui s'accrochent aux doigts. Je mets donc environ  dix minutes par grenade. Un copain est venu m'aider pour "abattre du travail" . Comme il y va fort d'abord il perd du jus plein les mains et distribue dans son récipients moultes morceaux plus ou moins gros de ces "peaux". Certes il va plus vite que moi mais il va devoir remplir son récipient d'eau pour faire monter les dites peaux à la surface, comme il a perdu du jus car des grains sont ouverts, son jus ne sera pas aussi parfait que le mien. Donc au final je ne sais pas s'il a gagné du temps car MES grains passent directement au moulin à légumes et le jus dans la bouteille mise aussitôt au  congélateur ou dans le frigo pour le petit déjeuner.

C'est une cérémonie d'autant qu'il faut protéger les vêtements, la table et que le ménage, pour faire place nette, est un peu long.

Mais quelle belle récompense que ce jus rouge franc délicieux venu de ce fruit du sud.