Ici j'ai repris l'accompagnement scolaire comme je l'ai déjà dit 

Cette année mes deux nenettes de CM2 ont rejoints les grands du collège,  Aussi différentes physiquement qu'intellectuellement mais aussi selon leurs devoirs: l'une avait jusqu'à 58 mots à apprendre, jamais de math alors que c'était son point faible, l'autre jamais de mots à apprendre mais des exposés à préparer ou des maths.
Rien qu'en voyant les devoirs je peux dire qui est le prof... Je ne suis pas certaine que celui qui proposait des exposés aux éléves de CM2 réclame des sous et des sous à tout va, pour améliorer l'enseignement... Mais peut être  galège- je !! (facile à lire?)

Cette année on m'a proposé un petit garçon de CE1. Le premier jour il n'avait pas ses devoirs , son cartable était plein mais pas ses affaires, sa mère m'avait prise de haut " il a de la lecture à faire ..." en fait c'était quasiment un petit livre!

Or ce petit bonhomme ne maitrisait en aucune manière la lecture. Je ne sais pourquoi il est entré dans une classe supérieure... volonté des parents ou de l'instit pour ses statistiques? J'avais dit à la mamie mon étonnement devant la quantité de lacunes mais en restant positive devant l'enfant soulignant qu'on allait travailler ensemble et qu'il ferait beaucoup de progrès tout en me disant que ce serait du domaine de l'utopie.

Comme j'ai un peu voyagé au premier trimestre, le petit a perdu des séances de travail aussi ai-je proposé de le prendre  deux heures pendant les vacances de la Toussaint. Impressionnée je fus, car tenir deux heures un petit tient de la gageure. Avec lui rien du tout sauf à la fin. Même si je changeais de type d'activité toutes les 20 mn il n'a pas faibli. Il m'a même surpris comme s'il avait fait  des progrès.

Je découvre par des suggestions qu'il me fait , les failles de son travail personnel: il doit apprendre une vingtaine de mots (décidément c'est la marotte des instit). Il veut les lire et que je les lui dicte. Il oublie qu'il a affaire à moi et qu' on va jouer autrement.

Il choisit par où nous allons commencer puis à chaque mot il cherche le ou les pièges qu'il peut y avoir pour nous embêter. Comme on est malin on ne se fera pas avoir. Il travaille chaque mot par exemple sur le pourquoi de deux s ou un s à la fin ou les lettres qui sont là expres pour nous pièger comme le l dans gentil!

Au final il ne fera qu'une erreur d'accent!! Donc c'est parfait. Son sourire en dit long sur ce qu'il pense de lui et de ce résultat.

Hier mercredi: il est toujours en avance d'un quart d'heure, donc si je suis là plus tot je commence selon ce qu'il veut travailler. Il fonctionne très bien . Trouves des réponses qu'il ne m'aurait jamais faites au début et devant mon enthousiasme, il est ravi.

IL est  l'heure de clore , donc en même temps que je le félicite pour son travail pendant l'heure, je lui demande de ranger ses affaires, sa maman rentre. Il regarde dans tous les sens comme s'il ne savait pas où il en était et me dit "on fait encore un exercice?"

J'ai adoré ce moment, car les premières fois quand je posais une question, il était tout affolé et tremblait d'énervement intérieur. Je ne sais s'il s'agissait de peur mais j'étais attentive de crainte que ce ne soit un enfant maltraité.

C'est chouette de le voir progresser alors qu'il est parti de bien bas et s'épanouir positivement. Il attend dans l'entrée, me voit et crie doucement un "AH" comme s'il était soulagé: "elle est bien là"

Ca me fait un peu peur cette forme d'emprise sur un enfant ou de dépendance de sa part.