Ca y est je viens de découvrir ce sentiment de puissance qui grise nos politiciens (hommes ou femmes bien sûr)

Ce matin je pars à la conquête du colombin du cabot, je ne sais pas pourquoi il est constitutionnellement fait de manière à m'en offrir un par jour. Pas moyen de le programmer à la semaine par exemple!

Je souhaite partir à la découverte d'un coin où j'avais repéré des petites boutiques sympas or c'est dimanche d'une part et d'autre part je n'y avais remarqué que la boutique "point relais"

A la recherche d'une boulangerie pour déguster du pain frais enfin, je prends une grande avenue. Et je suis SEULE . Je peux donc marcher au milieu ou presque pour laisser passer un éventuel carosse arrivant par derrière.
Je prends possession de ce moment incroyable. Pas de voiture ni cycle, ni moto! J'écarte les bras pour bien vivre intensément ce moment (attention le 11 je suis bonne pour l'enfermement!!); Le cabot se demande ce qui m'arrive, il n'arrête pas de me regarder.


Et puis vient le moment où je dois lui obéir car il est cheucheutte, il ne veut pas que je laisse ses dépots dans la rue , même si, toujours aussi cheucheutte, il dépose toujours sur de l'herbe. Je mets en route le process et de la main droite gantée large je prends l'ensemble à pleine main et par une gestuelle qui me devient élégante, le gant finit par se refermer sur le dépot. Un noeud fait avec moultes précautions et voilà,  trouver une poubelle publique (si si je ne souhaite pas revenir avec un trophée)

Et nous revoici au retour sans pain frais , ni croissant alors que j'ai trouvé la boutique ouverte mais ni CB ni menu monnaie mais ravie de savoir que demain....

et Puis quel bonheur d'avoir cette avenue pour moi seule. J'ai repensé quand les transporteurs routiers avaient bloqué notre village mécontents de nos actions. Nous en avions profité pour prendre l'apéro du village retrouvé!!

Sentiment de puissance , quelle jouissance!!!!