Le temps passe, les années , les mois , les journées , les heures , les secondes et ce chagrin qui est là tapi dans un coin de chacune de mes cellules... toujours prêt à resurgir en coinçant les mots dans la gorge ou en inondant les yeux d'une eau salée que je connais bien (je mets toujours du waterproof car je risque trop de me retrouver le visage barré de très noirs dégoulinants)

Ce chagrin qui est aussi comme une énorme boule qui sait se faire transparente parfois et qui , je ne sais à la faveur de quelle idée, pensée ou vue ou.. se fait envahissante et prégnante.

Il me vient alors la question qui hantait les lendemains: "Ai je été à la haureur"

A la hauteur de la situation, , à la hauteur pour les Number, pour Ses frères et soeurs, pour Son frère qui officiait, pour Ses amis, pour Ses collègues en politiques, pour mes amis, mes collègues .... de la foule qui Lui montrait sa bienveillance , sa reconnaissance ou simplement son AMITIE.  Bref "ai- je été à la hauteur?" ce qui peut se traduire aussi par " Dans cette situation dramatique, a t-Il été fier de moi"

Bien sûr , si cette question me hante c'est que je ne peux avoir  la réponse...