Ce matin, une de mes belles soeurs vient prendre de mes nouvelles (je n'ai pas répondu à son mail) par téléphone. Par chance pour nous deux, elle me trouve à la maisonnée dont je range deux pièces puisque j'ai perdu la clé à fermeture centralisée de la voiture depuis plusieurs semaines. C'est vrai qu'en mode survie , on a tendance à avoir une mémoire de poisson rouge. Du coup j'ai révisé mes rangements!!! Et j'ai retrouvé la clé que j'avais vu plusieurs fois sans la reconnaitre.... non mais il fallait être atteinte. Le corps et l'esprit vont de pair et l'un ne compense pas l'autre dans de tels  moments.

Il faut bien sûr trouver des questions qui ne vont pas me faire tourner en rond. Elle a vraiment trouver la phrase pour me faire sortir de ma létargie intellectuelle.

"Que penses tu des élections?" Ma réponse a fusé comme si j'avais travaillé la question depuis des mois:

- Oh pour moi la politique est extrêmement simpliste: elle se résume à : à qui je vais piquer de l'argent et à qui je vais en donner. Ensuite il y a toutes les déclinaisons possibles.

"Mais quand même ce front national?" Idem ça fuse...

Si les gens votent FN, rien ne sert de les montrer du doigts mais bien d'analyser le pourquoi. Si on en est incapable , retour en arrière en Allemagne et observation de la naissance puis de l'avènement du parti mené par Hitler et on comprend tout. De 1929 à janvier 1933 c'est édifiant. Quand il y a un désespoir sociétal il y a manque de projection dans l'avenir et manque de confiance en ceux qui finalement nous donne l'image de ne faire que ce qu'ils pensent bon pour les citoyens sans même savoir ce à quoi ils aspirent. 
Le discours de lendemain de Hollande est édifiant à ce sujet: je vous ai compris semble t il dire. Mais comment est ce possible qu'il n'ait rien entendu en 2 ans. Il a de la M...e devant les yeux , dans les esgourdes???

"Eh ben je n'avais pas vu les choses comme ça!"

Ouille ouille, j'espère que je n'ai pas trop bousculer les idées de  ma belle soeur que j'aime beaucoup et que je ne l'ai pas précipitée dans la dépression.