Il y a peu était mon anniversaire. Il fut un temps où ce jour était un moment baigné de la tendresse de L'Homme.

Le temps n'a aucune prise sur l'émotion en dépit du baratin des psy de tout genre. Le chagrin reste ferré au coeur, seules les larmes me disent qu'elles s' épuisent à travailler.

 Et puis, le mobile égrène l'arrivée de la tendresse, les mails s'ajoutent les uns aux autres et puis un appel de mon adorable fleuriste car il ne voulait pas réitérer ses dernièrs allées et retours en raison de mon absence lors d'un certain jour. Il doit changer ses plans! et arrive  les bras chargés de fleurs, en short et ....anorak...alors que la neige recouvre le gazon. Il avait prévu de  rentrer chez lui en velo et avait déjà enfilé la tenue.

Difficile sur un cycle d'avoir les deux bras occupés .

L'un des bouquet venait de la belle-soeur qui m'a soutenue quotidienement pendant plus d' un an, l'autre par un neveu de L'Homme que je découvre fidèle lecteur assidu de ce blog et dont un post de Février est à l'origine de ce superbe arc en ciel en hiver.

Comme c'est apaisant de se sentir réchauffer par une couette de tendresse