Depuis que L'Homme est parti à jamais, la maisonnée n'avait plus vraiment d'âme. Celle ci n'existait que par le lien entre nos deux vies. Il devenait tellement absurde de vivre dans une si grande maison sans l'envie de lui redonner vie en étant seule.

Je viens de passer trois mois de manière surrénaliste; J'étais très présente à ce que je faisais, décidais mais j'avais l'impression de ne pas vivre la réalité. IL me fallait réduire le volume de ma capacité matérielle d'accueil, la maison avait trouvé preneur.

En retournant à la maternelle avec la nécessité de créer des ensembles et des sous-ensembles, j'ai pris conscience que j'avais des marottes. Par exemple: j'avais une qunatité incroyable de bougies de toute couleur, de toute grosseur ou forme. Eparpillées dans les différents endroits où elles pouvaient m'être utiles, elles ne semblaient pas nombreuses!!!!!

Autre exemple: Parce que j'aime agir dans l'instant plutot que d'avoir des post it sur le bout du nez, les toilette, salle de bain, cave, cuisine avaient leur necessaire à nettoyer que ce soit gants , vinaigre blanc ou javel (une autre de mes marottes), ajax ou autres et en plus il y avait une réserve de peur de manquer.... habitude de n'être libre que certains week end quand les boutiques sont fermées...

Que faire de tout cela et ... des couette hiver, été pour chaque lit, des draps  d'été et ceux chauffant de flanelle....

Comme les Number n'ont pris conscience de la nécessité de s'investir que fin juillet pour décider de leur souhait personnel ce fut une galère pour tenir l'engagement. Number Two a sacrifié toutes ses vacances pour classer , ranger , vider, vendre, jeter, organiser un vide maison.... Un beau frère avec sa fille se sont annoncés pour oeuvrer une semaine. Number One et THree ont eu leurs quelques journées d'intenses activités. Trois jours avant le jour J seule j'ai bien cru que je ne m'en sortirais pas. Un ami s'est proposé pour les trajets à la déchetterie, avec les number two et three Emmaus nous a vu plusieurs fois mais... tout ne semble pas les interesser même quand ce sont des choses de qualités... et l'accueil fut parfois excellent et parfois .... etrangement dédaigneux...Je me revois  sur une partie un peu pentu de l'approche  avec mon caddy rempli de vêtements propres sur cintres (parfois de marque comme Escada) entrain de me battre avec cet objet roulant qui, soudainement, décida de vouloir heurter ma petite carriole. J'ai quand même gagner mais l'homme de l'accueil restait de marbre ... peut être rigolait-il bien de ma situation ...il avait  raison après tout!

Trois jours avant la date, un ami est venu à ma rescousse. Il avait compris lors de ses appels téléphoniques que je commençais à m'épuiser à porter et autres actions  , que mes nuits commencaient à être un peu agitées par le stress, que j'avais encore énormement de choses à organiser et que le garde meuble devait encore me voir plus d'une fois ; les Number ayant repris leurs vies professionnelles.

Heureuse initiative! Quel bonheur d'avoir des amis d'une telle délicatesse et celui pour la déchetterie arrivait dès que je le sollicitais car à un moment il a bien fallu couper à la hache certaines hésitations. et celles que j'appelai dans les dernières minutes arrivèrent aussitôt.

"Tu ne vas pas aller rechercher ta première couche!" voilà une métaphore qui m'a fait progresser à la vitesse V. et à partir de là la dechetterie a reçu son compte.

Une heure trente avant l'heure fatidique nous terminions. Ma voiture pleine à ras bord.

Serai-je une chiche molle ou serai-je dans la joie de la LIberté.        

Après une nuit à l'hotel j'étais plutot la première eventualité. SUr l'autoroute j'ai du m'arrêter dans l'après midi tant j'avais sommeil.

J'ai trouvé le soleil, la liberté mais il me faut à present oublier les reflexes des dernières semaines car je continue de trier, de ranger , de vider et d'oublier plein de choses......

La morale de cette histoire: comment passer d'une grande maison à un appart de 3 ou 3 pièces: je n'ai pas la solution. Car même un déménageur n'aurait pas pu m'aider tant il fallait faire de choix!